Parcours de los Volcanes

Un grand trekking au Sud de La Palma
Situé entre les villes du centre et du Sud de l'île de La Palma, le parcours de los Volcanes offre un trekking naturel le long de ce qui fût à l'époque une importante voie de communication entre les villes de La Palma. Ce chemin, aménagé et signalisé, traverse les communes de El Paso, Mazo et Fuencaliente, à l'intérieur du Parc Naturel de Cumbre Vieja. Avec une végétation rare et des pentes d'exigence élevée, nous vous recommandons de prévoir des vêtements adaptés ainsi que de l'eau et des provisions pour ce sentier qui dure environ cinq heures.
Un parcours exigeant entre les volcans et les animaux endémiques
Avec une longueur de 17,5 kilomètres, l'itinéraire du parcours de los Volcanes a une dénivellation de 1 207 mètres. Son parcours naturel oscille entre les 725 mètres d'altitude minimale à Fuencaliente et les 1 932 mètres maximaux qu'il atteint sur la crête du sommet. Sa surface combine sentier, piste forestière et asphalte. Le trekking permet de contempler les deux versants de l'île et, avec un peu de chance, des espèces animales endémiques comme la corneille et la buse.
Length
17,5 km
Public transport
Localidad
El Paso - Mazo - Fuencaliente
Downloadable files selection
Archivos
Imagen Archivo
Título Fichero
Ruta de los volcanes
pdf

TENERIFE

TENERIFE

GRAN CANARIA

GRAN CANARIA

FUERTEVENTURA

FUERTEVENTURA

LANZAROTE

LANZAROTE

LA GRACIOSA

LA GRACIOSA

LA GOMERA

LA GOMERA

LA PALMA

LA PALMA

EL HIERRO

EL HIERRO
No te lo puedes perder
Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Refuge du Pilar

La route prend son départ au refuge du Pilar, une grande clairière située au sommet, qui a joué un rôle historique pour sa position à la croisée de plusieurs chemins sur la dorsale sud de l'île. Le refuge possède un centre d'interprétation de la route. Le chemin pénètre tout d'abord dans une pinède canarienne. Ce type de forêt sera le paysage le plus fréquent de notre route, même si en certains points du sommet, nous pourrons apprécier sur notre gauche, dans les zones inférieures du versant situé face au vent, la présence d'une formation de « monteverde ».

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Belvédère Brigoyo

Ce petit point de vue nous permet d'observer un véritable traité de géologie. Tout d'abord, la vallée de Los Llanos de Aridane, qui est le résultat des grands glissements typiques des processus destructifs de l'archipel des Canaries. En guise de témoignage, l'arc de Cumbre Nueva et face au belvédère, le volcan Bejenado qui délimite la caldera de Taburiente. Le Bejenado correspond à la dernière étape géologique de la formation des zones nord et centrale de l'île, avant que l'activité ne se déplace, au cours des deux cents derniers milliers d'années, vers le versant sud, pour former la dorsale de Cumbre Vieja empruntée par la route des volcans.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Faille

Le pont du sentier traverse une faille créée par l'activité sismique liée à l'éruption de 1949. Cette faille a été produite par l'un des séismes associés au volcan de San Juan. C'est l'énergie libérée par la pression du magma dans son ascension à l'intérieur de la cheminée qui provoque ce type de séismes. La faille est la conséquence de la rupture de la croûte terrestre par les forces libérées par le magma.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Hoyo Negro

Ce belvédère permet de contempler « El Hoyo Negro », ou trou noir, principal centre d'émission de l'éruption de 1949, connue sous le nom de volcan de San Juan parce qu'elle commença précisément le jour de la Saint-Jean. L'éruption de Hoyo Negro a commencé le 24 juin 1949, et s'est poursuivie avec une plus ou moins forte intensité jusqu'au 31 juillet, période à partir de laquelle des fumerolles ont commencé à apparaître. L'ouverture du plus grand centre explosif, El Hoyo Negro, s'est produite le 12 juillet, et a provoqué une importante activité sismique. L'éruption s'est déroulée en sept étapes. La plus intense, la troisième, eut lieu entre le 11 et le 15 juillet. Tout au long de cette période, El Hoyo Negro a émis d'importants panaches de type vulcanien.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Laves du Duraznero

Le volcan Duraznero, associé à l'éruption historique de 1949, est l'un des cônes volcaniques les plus représentatifs du sentier. Il est situé dans l'une des parties les plus élevées de la route des volcans, à près de 1 900 m. Les éruptions du Duraznero ont été explosives, totalement magmatiques. Les coulées de lave, contrairement au cas du Hoyo Negro, se sont déversées le long du versant oriental de l'île. Dans la caldera, il est possible d'apprécier les restes du lac de lave transitoire créé, jusqu'à ce qu'il se déverse dans la mer. Dans la partie de la montagne la plus proche du sentier, on peut observer rune fissure ayant donné lieu à trois cônes de scories

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Las Deseadas

Ses 1 945 m d'altitude en font le plus haut volcan de Cumbre Vieja. Mais il ne correspond à aucune éruption historique. Il fait partie de l'épine centrale de la dorsale sud de l'île. Ce belvédère permet d'apprécier les principaux cônes et foyers d'émission du sentier. De sa position privilégiée, le belvédère de Las Deseadas permet de comprendre les mécanismes de l'activité éruptive, ainsi que d'observer la colonisation progressive des laves et des « malpaíses » (ou mauvaises terres) par la végétation, principalement composée d'arbustes et pins canariens.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Plaine Guanches

Plaine de lapilli ou « picón » noir couverte d'une végétation arbustive et de pins, qui apparaît comme une zone au paysage très serein, invitant le randonneur à faire une halte sur le chemin après un tronçon très exigeant. Les plaines de lapilli sont formées par les pluies de cendres caractérisant les éruptions de type strombolien. Dans la partie supérieure affleurent des formations phréato-magmatiques qui permettent d'expliquer les phénomènes volcaniques dans lesquels se produit un contact avec des nappes d'eau ou des explosions par libération de gaz.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Volcan Martín

Devant nous, sous le volcan, s'étendent des lapilli noirs dans la zone d'accès au volcan Martín de Tigalate. Ils sont le fruit d'une éruption historique datant du XVIIe siècle (1646) qui dura environ un mois, d'octobre à décembre, mais des séismes se produisaient depuis le mois de septembre. La durée totale de la période éruptive fut de 82 jours. Il y eut d'importantes crises sismiques, et l'éruption de nature effusive (déversement de matériau lavique) fut très volumineuse. Des terres furent ainsi gagnées sur la mer. L'éruption eut plusieurs centres d'émission, certains au sommet, que nous avons pu observer, et d'autres dans le secteur côtier.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Montaña del Fuego

Il s'agit du dernier cône volcanique que l'on peut voir avant d'entamer la dernière étape de la route, à travers la pinède. La plaine dans laquelle nous nous trouvons marque la limite entre la zone touchée par le volcanisme historique, et tout particulièrement le volcan Martín, dont nous laisserons une des coulées sur notre droite, et une dense pinède canarienne à travers laquelle nous rejoindrons Fuencaliente.

Imagen
Subtítulo
Route des volcans, La Palma
Título
Los Canarios

L'itinéraire s'achève dans l'agglomération de Los Canarios, centre de la commune de Fuencaliente. Son histoire est marquée par le volcanisme, puisqu'au XVIIe et au XXe siècle, des volcans explosèrent au sud du village, tout d'abord à San Antonio, puis à Teneguía. Il s'agit d'un centre de production vinicole, où l'on peut voir de nombreuses caves. C'est notamment l'un des sites de production du « malvasía » ou vin de malvoisie.

Développement durable
Sostenibilidad
- Ne jetez jamais vos déchets dans la rue ou dans la nature, y compris les mégots. Les restes de nourriture contribuent à la prolifération des rongeurs et des chats sauvages qui constituent une menace pour la faune.
- Respectez les animaux, ne les dérangez pas et ne les nourrissez pas. Si vous voyez un animal blessé, signalez-le en appelant le numéro de téléphone d'urgence 112. Vous êtes également prié de ne pas arracher de fleurs et de plantes.
- Vous êtes prié de ne pas ramasser des pierres ou d’autres éléments de la nature. Veillez également à ne pas modifier le milieu naturel en les empilant pour former les tristement célèbres « tours ».
- Respectez les balises des sentiers. Quitter les sentiers et les espaces aménagés provoque des dommages sur l'environnement et peut également être dangereux pour vous et les personnes qui vous accompagnent.
- Il est plus sûr de tenir votre animal en laisse.
- Veillez à ne pas perturber la tranquillité de l'environnement en faisant trop de bruit (musique forte, cris, etc.).
5
257
13
262
10045