Playa Santiago-Benchijigua

Un trekking intense à travers les paysages de La Gomera
Situé à San Sebastián de La Gomera, ce parcours est un bon aperçu des paysages de l'île. Le trekking passe par Monteverde à Agando, des palmeraies dans le ravin de la falaise et, à la fin, des tabaibas et des chardons près d'une ferme d'architecture rurale avec des maisons parsemées dans les bancs de culture. On visite également des zones agricoles de céréales à l'ermitage de San Juan Bautista, un vieux moulin hydraulique à Pastrana et des infrastructures modernes pour exploiter l'eau, comme un puits et le barrage de Benchijigua.
Ruines d'anciennes fermes et de propriétés de plantation de bananes
Avec douze kilomètres de long et une dénivellation qui dépasse les mille mètres, le parcours passant par le ravin de Benchijigua suit une piste goudronnée, puis un sentier rural pendant les trois heures et demi de promenade. Ce trekking offre des images arrêtées dans le temps, comme plusieurs fermes qui ont été abandonnées au milieu du dernier siècle, et sur le tronçon final, d'anciennes propriétés de plantation de bananes dans la zone du Puerto Santiago. N'oubliez pas des chaussures adaptées et votre crème solaire.
Length
12,1 km
Public transport
Localidad
Playa de Santiago
Downloadable files selection
Archivos
Imagen Archivo
Título Fichero
Barranco de Santiago
pdf

TENERIFE

TENERIFE

GRAN CANARIA

GRAN CANARIA

FUERTEVENTURA

FUERTEVENTURA

LANZAROTE

LANZAROTE

LA GRACIOSA

LA GRACIOSA

LA GOMERA

LA GOMERA

LA PALMA

LA PALMA

EL HIERRO

EL HIERRO
No te lo puedes perder
Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Autour d'Agando

Nous commençons notre descente en contournant le grand dôme d'Agando, une spectaculaire aiguille volcanique qui forme l'ensemble dit de Los Roques qui affleurent, très proches les uns des autres. Sa forme circulaire et ses parois presque verticales en font un véritable géant au milieu du paysage. Ses parois abritent une flore exceptionnelle avec des espèces uniques. À ses pieds, on observera une formation de bruyères ayant souffert plusieurs incendies.

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Le canal sec

Le canal qui parcourt la tête du ravin marque la fin de la formation de « monteverde », qui laisse place à l'étage thermophile. Ce canal sec qui n'a jamais fonctionné nous montre l'importance des sources d'eau : il y en a six au niveau de cette tête. Le ravin de Santiago, dont Benchijigua est la tête principale, est l'un de ceux au plus fort débit de La Gomera.

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Un dyke près du lit

L'eau de la source d'Agando, l'une des six qui alimentent cette partie supérieure du ravin, s'écoule en créant un vent de fraîcheur. À l'endroit où nous traversons, nous apercevons un dyke volcanique qui s'élève le long du versant. À La Gomera, les dykes sont appelés des « taparruchas ».

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Le robinet

La richesse en eau de ce ravin se reflète dans cet ensemble de distributeurs situé à l'entrée du village de Benchijigua. Cet endroit est le robinet qui distribuait l'eau des sources aux champs de culture. Même si de nos jours ce village et celui de Lo del Gato, plus en aval, sont presque abandonnés, au milieu du XXe siècle, ils regroupaient à eux deux de l'ordre de trois cents habitants.

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Le grain et la croix

Une grande aire de battage s'étend au centre du village de Benchijigua, où l'on peut accéder en voiture en empruntant le versant du ravin. Près d'elle se dresse la chapelle San Juan Bautista, dont les protecteurs étaient les comtes de La Gomera, seigneurs de l'île. Cette grande aire de battage témoigne du passé céréalier des versants alentour, aujourd'hui sans activité agricole et presque inhabités

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Face à Lo del Gato

Dans notre descente du ravin, depuis la rive gauche avant d'entrer dans une formation typique de « cardonal-tabaibal », nous apercevons le hameau Lo del Gato, peu peuplé, avec des traces d'agriculture vivrière qui nous rappelle à quel point la vie était dure à l'intérieur des profonds canyons de La Gomera. Nous avons apprécié sur notre chemin la principale ressource actuelle du ravin : l'eau, avec un puits sous le village de Benchijugua et le barrage du même nom sur un embranchement subsidiaire du lit principal.

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Canalisée pour être utilisée

L'utilisation de l'eau est la caractéristique de ce tronçon étroit où nous marchons dans le lit du ravin. Après avoir traversé deux étonnants bassins équipés d'un système de déversoir, nous apercevons à droite un joli moulin à eau pour broyer le grain. Dans sa partie inférieure, nous verrons le déversoir par lequel l'eau faisait tourner la roue dans la partie inférieure du moyeu.

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Pastrana

Ce hameau s'entasse sur le versant sud du ravin. Nous l'avions déjà vu au début du tronçon final. L'agriculture y est représentée par des champs de culture sur le lit du ravin. Nous apprécions également des témoignages d'architecture traditionnelle. Nous pouvons poursuivre par la route ou descendre en empruntant le lit, mais à ce niveau, cette partie du ravin est relativement difficile.

Imagen
Subtítulo
Barranco de Santiago, La Gomera
Título
Face à la mer

Nous abandonnons le lit du ravin à l'embouchure, où se situe la localité de Playa Santiago et son port. Même si les exploitations bananières ont presque disparu, cette zone plate montre encore des vestiges de son passé agricole devant la grande plage de galets.

Développement durable
Sostenibilidad
- Ne jetez jamais vos déchets dans la rue ou dans la nature, y compris les mégots. Les restes de nourriture contribuent à la prolifération des rongeurs et des chats sauvages qui constituent une menace pour la faune.
- Respectez les animaux, ne les dérangez pas et ne les nourrissez pas. Si vous voyez un animal blessé, signalez-le en appelant le numéro de téléphone d'urgence 112. Vous êtes également prié de ne pas arracher de fleurs et de plantes.
- Vous êtes prié de ne pas ramasser des pierres ou d’autres éléments de la nature. Veillez également à ne pas modifier le milieu naturel en les empilant pour former les tristement célèbres « tours ».
- Respectez les balises des sentiers. Quitter les sentiers et les espaces aménagés provoque des dommages sur l'environnement et peut également être dangereux pour vous et les personnes qui vous accompagnent.
- Il est plus sûr de tenir votre animal en laisse.
- Veillez à ne pas perturber la tranquillité de l'environnement en faisant trop de bruit (musique forte, cris, etc.).
6
54784
10 13
262
10045