Contadero-El Cedro

Trekking naturel au coeur de La Gomera
Situé dans la commune de Hermigua, ce parcours traverse une vallée où se concentrent les nuages entraînés par les alizés. Ce degré élevé d'humidité augmente la frondaison de la zone, avec des ensembles végétaux comme la bruyère de crête, le fayal et la laurisilva. La grande variété d'arbres endémiques de Garajonay comme le persea indica, le laurier et le tilleul. Ce trekking par le mont de La Gomera se termine au Chorro del Cedro, une chute d'eau naturelle de 150 mètres de hauteur qui alimente toute l'année les barrages de la vallée agricole de Hermigua.
Chemin de laurisilva jusqu'à un ermitage particulier
Avec six kilomètres de parcours et une dénivellation moyenne de 551 mètres, l'itinéraire jusqu'à El Cedro combine des sentiers aménagés et une piste forestière pendant environ trois heures et demi de marche. En plus de ses valeurs botaniques et ethnographiques, le tronçon final du trekking atteint un ermitage d'une histoire particulière. Construit en 1935 par une institutrice anglaise qui travaillait pour une riche famille, sa fête était la plus importante de l'île, le dernier dimanche d'août. En 1984, la fête patronale est devenue une procession et un déjeuner populaire.
Length
5,8 km
Public transport
Localidad
Hermigua
Downloadable files selection
Archivos
Imagen Archivo
Título Fichero
Contadero-El Cedro
pdf

TENERIFE

TENERIFE

GRAN CANARIA

GRAN CANARIA

FUERTEVENTURA

FUERTEVENTURA

LANZAROTE

LANZAROTE

LA GRACIOSA

LA GRACIOSA

LA GOMERA

LA GOMERA

LA PALMA

LA PALMA

EL HIERRO

EL HIERRO
No te lo puedes perder
Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Point de comptage

Une clairière au bord de la route, voilà le point de départ de cet itinéraire qui est peut-être le plus connu de l'île. Le nom du lieu évoque son ancienne fonction forestière, car c'est ici que le bois coupé jadis dans la montagne était compté, d'où le nom de Contadero (point de comptage).

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Arbres suspendus dans la brume

Nous avançons au milieu d'arbres noueux et recouverts de mousse, à travers la formation appelée « brezal » (champ de bruyères) des crêtes. À 1 300 mètres d'altitude et au sommet d'un versant. Les vents alizés chargés d'humidité rencontrent les branches de ces bruyères et la brume est transformée en eau qui donne vie à cette forêt. Sous les bruyères, les fougères (il en existe quatre espèces) vivent grâce à cette humidité piégée par la forêt. Au fur et à mesure de notre progression, la taille des bruyères, moins exposées au vent, augmente. Certaines sont gigantesques par rapport à la moyenne de cette espèce.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Le myrica, nouveau protagoniste

Outre la bruyère, nous rencontrons maintenant un nouvel arbre, toujours plus abondant, le myrica (de la famille des hêtres). Cette espèce est différente des hêtres du continent dont le feuillage est pérenne, entre autres différences. Notre myrica se distingue par ses feuilles allongées et aux bords irréguliers. Les bergers de l'île utilisaient son bois pour réaliser les perches, appelées « astias », avec lesquelles ils descendaient les ravins.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
L'évolution de la forêt

Nous traversons à présent un espace boisé moins dense, où pénètrent les rayons du soleil, lorsque les alizés n'ont pas apporté la brume. Dans la clairière, la végétation est différente, en raison d'un processus d'évolution particulier. La chute de vieux arbres produit ces espaces ouverts, peuplés ensuite par des plantes qui ont besoin de lumière, tandis que la forêt se ferme à nouveau, en attendant une autre clairière.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Le charbon de la montagne

Le replat que traverse la route est une ancienne meule à charbon, et l'on peut encore y trouver des morceaux de charbon végétal. Jadis, la forêt fournissait le combustible domestique. C'est donc ici que l'on installait les meules à charbon, dans lesquelles le bois passait une bonne semaine à se consumer, pour se transformer en charbon. Un travail difficile qui demandait une attention constante et qui a disparu avec l'apparition des dérivés du pétrole, il y a un peu plus d'un siècle.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Champs de culture dans la montagne

Garajonay est un parc national depuis 1981. Auparavant, la montagne faisait l'objet d'une exploitation intense. Des rangées de pierres courent le long du sentier, des murets servant à délimiter les petits champs de culture, les « bancales ». Le hameau d'El Cedro a jadis abrité plus de 100 personnes qui tiraient de la montagne leur subsistance.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Ton nom, celui de la forêt

Après avoir effectué la moitié du chemin, nous atteignons le laurier, l'arbre qui donne son nom à la laurisylve. Cet arbre atteint des tailles imposantes dans les forêts comme celle de Garajonay qui réunit les conditions idéales. Pour le différencier, il faut observer ses feuilles qui présentent de petites glandes près de la nervure centrale. Ses fruits ressemblent à des olives noires.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Les traces du vieux campement

Avant d'être classée parc national, la montagne était utilisée à des fins diverses, notamment comme campement pour la jeunesse. Cette clairière est le résultat de cette activité. Elle a été par la suite démantelée et transférée hors de la forêt de laurisylve. Aujourd'hui, nous pouvons y observer la façon dont les arbustes, notamment les ronces ou les genêts à balais, y apparaissent et servent de refuge aux futurs arbres de la laurisylve. Peu à peu, ces derniers occupent cette clairière pour l'intégrer à nouveau à la forêt.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Les géants de la vallée

Nous atteignons maintenant le fond de la vallée, où l'humidité est plus importante et les sols de meilleure qualité. C'est là que l'on trouve les grands arbres de la forêt, les géants de la laurisylve. C'est le royaume des « viñátigos » (persea indica), ces impressionnantes constructions végétales, dont les feuilles sont les plus grandes de cette forêt. Pour détecter la présence d'un « viñátigo », observez le sol. Si vous voyez un tapis de feuilles rouges, vous avez trouvé, car celles de cet arbre prennent cette couleur en séchant. Voici à présent le torrent du Cedro, le plus important de La Gomera. Ses eaux coulent dans la vallée de Hermigua, où jadis étaient actifs près d'une demi-douzaine de moulins, pour irriguer les cultures, fonction qu'il accomplit encore de nos jours. De plus, ses eaux donnent vie à la forêt, comme le prouvent les plantes colossales sur ses berges.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Les oseraies

Le nom de ce lieu provient de l'osier utilisé par les fabricants de paniers. Ces artisans venaient jusqu'au torrent du Cedro pour y tremper l'osier, afin de lui donner la souplesse nécessaire pour réaliser leur travail. Jadis, ces paniers étaient indispensables au transport des marchandises et des récoltes.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
L'ermitage

Cet ermitage a une curieuse histoire. Il fut fondé en 1935 par une institutrice anglaise au service d'une riche famille. Sa fête a lieu le dernier dimanche d'août et a longtemps été la plus importante de l'île. Depuis 1984, le pèlerinage a laissé place à une procession et à un repas, pendant lequel on danse au son du tambour, le principal élément du folklore de l'île.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Le hameau

Le hameau du Cedro nous rappelle les anciens habitants qui tiraient leur subsistance des ressources de la montagne. Les habitations avec un toit à deux versants se trouvent des deux côtés de la petite vallée qui débouche sur la chute d'eau. Celle-ci était déjà un parc national et conserve la disposition en terrasse pour établir des cultures sur les pentes.

Imagen
Subtítulo
Contadero-El Cedro, La Gomera
Título
Le belvédère del Chorro

Regardez la tête du ravin d'Hermigua avec la petite cascade qui coule depuis le Cedro. Cette chute d'eau permanente est la plus importante de ce type aux Canaries. Elle parcourt 135 mètres, dans le ravin, et une centrale hydroélectrique, désormais inactive, fournissait jadis au village d'Hermigua de l'électricité à travers le barrage de Los Tiles.

Développement durable
Sostenibilidad
- Ne jetez jamais vos déchets dans la rue ou dans la nature, y compris les mégots. Les restes de nourriture contribuent à la prolifération des rongeurs et des chats sauvages qui constituent une menace pour la faune.
- Respectez les animaux, ne les dérangez pas et ne les nourrissez pas. Si vous voyez un animal blessé, signalez-le en appelant le numéro de téléphone d'urgence 112. Vous êtes également prié de ne pas arracher de fleurs et de plantes.
- Vous êtes prié de ne pas ramasser des pierres ou d’autres éléments de la nature. Veillez également à ne pas modifier le milieu naturel en les empilant pour former les tristement célèbres « tours ».
- Respectez les balises des sentiers. Quitter les sentiers et les espaces aménagés provoque des dommages sur l'environnement et peut également être dangereux pour vous et les personnes qui vous accompagnent.
- Il est plus sûr de tenir votre animal en laisse.
- Veillez à ne pas perturber la tranquillité de l'environnement en faisant trop de bruit (musique forte, cris, etc.).
6
54784
10 13
262
10045