À la

pêche

du grand

rêve

La capture du marlin bleu représente un défi important :
la recherche, l'attente, la chance... et soudain, il est là ! La canne se plie,
la ligne se tend. C'est le marlin bleu. Commence alors la lutte, un duel de
pouvoir entre deux forces. L'homme contre la mer, le seul élément de la nature
que l'être humain n'a jamais su dominer. Le grand défi. Un éclat d'adrénaline et
de sensations que seul ceux qui ont réalisé leur rêve peuvent expliquer.
/NEAL
dit
“La PÊCHE
demande beaucoup d'attente,
beaucoup de patience
et d'un coup,
bang
et tout change,
tout prend vie :
c'est le Marlin"
/
Un océan
d'espèces
Grâce à une température douce et aux courants marins qui génèrent les alizés, les eaux des Îles Canaries ont une vie marine riche et pleine d'espèces aussi bien sédentaires que migratoires.
Toute l'année, dans la mer canarienne,
habitent des requins bleus, des barracudas,
des requins à cornes, des thazards noirs,
des thons, des espadons... variétés auxquelles
ajouter la présence d'autres nomades comme le
très convoité marlin bleu, grand objectif de tout pêcheur de haut niveau,
le thon rouge ou le marlin blanc. .
/
Un festin pour
l'espadon
La présence du marlin bleu est plus propice
pendant les mois de mai à septembre, lorsqu'il
s'approche des Îles Canaries, attiré par un fond
marin tempéré et plein d'aliments :
thons, calmars, daurades...
/
Eaux
profondément
propices
L'origine volcanique des îles a permis qu'à seulement quelques de minutes de la côte, on puisse trouver des profondeurs supérieures à mille mètres, zones où se réunissent des bancs de colonies pour le marlin bleu et d'autres grandes espèces.
Les zones les plus profondes et alimentées des îles peuvent se situer sur la côte Ouest de Lanzarote et de Fuerteventura jusqu'à 3 700 m de profondeur et surtout, les côtes qui entourent les îles de La Gomera, Gran Canaria et Tenerife où la pêche de hauteur est très habituelle.